PROGRAMMATION
> Art visuels
du jeudi 1er mai au mardi 13 mai 2014
EXPOSITION GABBER
du mercredi 25 juin au dimanche 29 juin 2014
B.O., UNE BANDE ORIGINALE POUR LE CANAL DE L’OURCQ
EN QUELQUES POINTS…
Exposition ouverte tous les jours de 14h à 19h / Entrée libre

 

 

Depuis quatre ans, Point Éphémère affirme son engagement pour le dessin, en l’invitant par l’exposition, mais aussi en lui offrant des espaces de travail.
Nous souhaitons effectivement soutenir une pratique particulièrement riche et foisonnante en France, libre dans ses moyens et ses expressions, où la contestation et la dérision sont souvent des valeurs partagées.
Notre politique active de soutien à l’illustration et à la bande dessinée nous a semblé particulièrement cohérent par rapport à notre public, à la programmation de la salle de concert, à la configuration de la salle d’exposition et enfin à nos sensibilités personnelles.
Ainsi, à un rythme rapide, nous organisons des expositions montrant toutes les facettes d’un art particulièrement fécond en France. Les styles sont extrêmement différents mais le public de plus en plus nombreux. Les expositions proposent à la vente les planches et les dessins originaux.

La résidence
Les ateliers sont ouverts à la résidence. Nous envisageons un nouveau mode de fonctionnement pour la saison 2011/2012, mélangeant à la fois la résidence très courte pour des projets spécifiques, et beaucoup plus longue permettant un dialogue continu.

BARBI(E)TURIX : 10 ANS D’ACTIVISME CULTUREL ET FESTIF : LE COLLECTIF LESBIEN S’EXHIBE
du vendredi 11 avril au 27 avril 2014 / vernissage le jeudi 10 dès 19h / en entrée libre tous les jours de 14h à 19h

BBX_EXPO_740x400

Pendant le disquaire Day, du 18 au 20 avril, l’exposition Barbi(e)turix sera interrompue 

LE COLLECTIF :

Alors que certains clichés ont la vie dure, le collectif Barbi(e)turix veut imposer une nouvelle vision des lesbiennes, moderne et éclectique. À l’origine, un fanzine lancé en 2004, réalisé par une quinzaine de volontaires, quinze riot girrrls qui veulent faire bouger les choses. En 2005, elles décident de lancer des soirées. De la Flèche d’Or à la Machine du Moulin Rouge, en passant par le Social Club, le Point Éphémère et le Nouveau Casino, ces soirées ont un seul point commun : elles débordent sur le trottoir… faute de place ! Puis vient le webzine www.barbieturix.com : actu, mode, société, culture, santé, sexe, billets d’humeur, il porte les idées du collectif et aborde les questions de genre sur un ton libre et décomplexé.

En dix ans d’activisme, Barbi(e)turix a su mettre en avant une scène artistique lesbienne bouillonnante. Une scène en constante évolution qui a su s’imposer dans le paysage culturel alternatif. 

L’EXPOSITION :

À mi-chemin entre la scène gay et le milieu féministe, la culture lesbienne s’est trop longtemps agitée en secret. Minorité dans la minorité, elle s’est construite en marge mais compose aujourd’hui un véritable réseau d’artistes de plus en plus influentes. Toutes s’activent pour questionner nos représentations et faire vivre une communauté avide de découverte et de changement. Depuis sa création, le collectif Barbi(e)turix se bat pour donner aux lesbiennes l’opportunité de s’exprimer sans complexes gràce à ses soirées, ses fanzine ou son site.
S’appuyant sur dix ans d’activisme artistique, BBX propose une exposition qui mettra en lumière les artistes qui ont participé à la vie du collectif. Ces dernières présenteront leurs travaux ainsi que plusieurs œuvres originales. Affiches, flyers, illustrations, mais aussi photos et vidéos dérouleront le film d’un Paris lesbien insoumis et inventif et inventif.

Cette exposition proposera les œuvres de (par ordre alphabétique) :

Elsa Barbillon, illustratrice
Féline Barre, illustratrice

Sarah Bastin, photographe

Vaïnuï de Castelbajac, illustratrice/graphiste
Rié Hirai, graphiste

Emilie Jouvet, réalisatrice/photographe
Denyse Juncutt, vidéaste/photographe
Fanny Katz, illustratrice

Bethany Makes Poetry, illustratrice
Chill Okubo, photographe

Marie Rouge, photographe

Silya de Senz, réalisatrice/comédienne
Clémence Thune, illustratrice

Flavie Trichet Lespagnol, photographe
Alessandra d’Urso, photographe

événement facebook

 

EXPOSITION GABBER
du jeudi 1er mai au mardi 13 mai 2014 / vernissage le mercredi 30 avril dès 18h30 / exposition de 14h à 19h / entrée libre

 

visuel-générique740x400

D’origine Yiddish le mot « Gabber » vient de l’argot d’Amsterdam et peut se traduire par « ami » ou « pote ». Il désigne un genre fondateur de la techno hardcore venu des Pays-Bas. Il s’est développé à la toute fin des années 80 dans la scène house et notamment au Parkzicht, illustre club de Rotterdam. Il devient extrêmement populaire au milieu des années 90 et les gabbers se retrouvent par milliers dans d’immenses festivals tels que les desormais mythiques Thunderdome.20 ans plus tard, le courant s’est développé mais reste encore peu connu. Le Gabber fascine par sa radicalité et l’esthétique de cette jeunesse «white-trash» version Hollande inspire musiciens, stylistes et artistes contemporains.

Du 1er au 13 Mai, Point Éphémère sera radicalement GABBER.

L’exposition retrospective GABBER retracera l’histoire du mouvement et mettra en regard documents d’archives et œuvres contemporaines. On y retrouvera d’une part des photos, des vidéos, des flyers, des pochettes de cds, des affiches des années fortes du Gabber et d’autre part des oeuvres d’une nouvelle vague d’artistes et stylistes tirant leur inspiration de cette imagerie puissante et radicale.

 

 

B.O., UNE BANDE ORIGINALE POUR LE CANAL DE L’OURCQ
du mercredi 25 juin au dimanche 29 juin 2014 / exposition de 14h à 19h / entrée libre



A
telier Méditerranée propose à un public de jeunes autistes une pratique intuitive de la musique. D’abord conçu comme une introduction aux instruments traditionnels, l’atelier évolue depuis ses débuts en 2009, et se présente désormais comme un laboratoire pour la conception de nouveaux instruments adaptés.
En résidence ce printemps au garage MU, l’atelier explorera le rapport entre déplacement et composition avec le dispositif Sound Delta. Equipés d’émetteurs permettant de les géolocaliser dans un espace de travail, les jeunes participants de l’IME alternance de la rue de Thionville (Paris, 19e) déclencheront en se déplaçant une série de sons préenregistrés en studio et lors de collectes le long du canal de l’ourcq. 

Du 25 au 29 juin, dans le cadre du projet B.O., une bande originale pour le canal de l’Ourcq proposé par le collectif MU, une exposition à Point Éphémère fera un bilan de cette expérience. Ces quatre jours seront aussi l’occasion, au travers de l’exposition de prototypes d’instruments, vidéos et enregistrements, de faire un état des lieux à l’échelle du pays des initiatives novatrices en matière de musique pour des publics en marge.

Mû par une éthique «Do It Yourself», Antoine Capet est à la fois photographe, musicien, graphiste, vidéaste, bidouilleur électronique. Cofondateur de la revue Entrisme, il en assurait l’unité visuelle en qualité de directeur artistique. Antoine Capet travaille depuis plus 10 ans dans le secteur du handicap.
David Lemoine joue depuis 2003 dans le groupe de weirdpunk Cheveu, et depuis 2009 dans le duo expérimental Noyade. Résident à Point Éphémère, il mène régulièrement des ateliers pour des publics en marge, SDFs, prisonniers, autistes.