PROGRAMMATION
EN QUELQUES POINTS…

Sans-titre-1

À Point Éphémère, la danse est connectée aux autres arts. Elle est ouverte aux projets et aux chorégraphes émergents, aux formes performatives, décalées, différentes. Elle cherche, expérimente, en solo ou en compagnie. Cette saison, entre le mois de septembre et le mois de mai, l’esprit Elvis sera convoqué, on s’intéressera à la musique techno, il y aura des Garçons sauvages, une adaptation étonnante du Frigo de Copi et bien d’autres choses encore. Les travaux des artistes donneront lieu à des répétitions publiques comme autant de fenêtres sur des créations en cours de fabrication. Et à la fin de la saison, du 13 au 15 juin, le festival « Petites Formes (D)Cousues » sera l’occasion de montrer tous ces projets dans toute leur diversité.

Depuis 2012, les projets développés au studio sont accompagnés par David Dibilio.
contact :david@pointephemere.org

Compagnies séléctionnées pour la saison 2013-2014 :
Compagnie Voulez-vous ? – Camille Pawlotsky & Malkhior
Compagnie Benjamin Bertrand
Gaël Depauw
Collectif RK / Relou Krew
Compagnie & Co Camille Ollagnier
Le Corps Collectif
Compagnie CUBe – Christian Ubl
Compagnie F521.I Ingrid Florin
CreacionesInpulso – Rocio Berenguer
Yasmine Hugonnet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RÉPÉTITIONS OUVERTES

Les répétitions ouvertes proposent, sur le principe du work in progress, de découvrir un spectacle à un moment donné de sa création. 
Elles sont gratuites sur réservation et suivies d’une rencontre avec la compagnie.
Pour réserver par mail : danse@pointephemere.org

Plus d’informations très bientôt sur les Cie résidentes 2014/2015 et leurs dates de  répétitions ouvertes.

— 
Du 29 au 31 mai 2015, le festival Petites Formes (D)cousues proposera à l’ensemble des résidents de présenter trente minutes de leur projet. Véritable moment de diffusion et de lisibilité pour les compagnies, ce festival est ouvert à toutes formes de spectacle vivant.

JERK OFF FESTIVAL – IL FAUT QU’ON PARLE !
mardi 16 septembre 2014 / 20h-21h30 / lectures & performances / entrée libre

ilfaut-qu'on-en-parele_web
© tumblr Il faut qu’on parle


Pour sa septième édition, JERK OFF remet son esprit décalé et festif au service de tous les arts et de la liberté d’expression. Alternatif et pluridisciplinaire, JERK OFF témoigne de la diversité des cultures queer et interpelle au-delà de son univers d’origine avec cette année des événements programmés à Paris mais aussi au Pavillon Vendôme de Clichy, au Théâtre de Vanves et au Générateur de Gentilly. JERK OFF propose ainsi à tous les publics des découvertes artistiques aussi variées qu’exigeantes. C’est ainsi que tout au long de trois semaines d’événements, chorégraphes, artistes de cabaret, musiciens, photographes, auteurs et performeurs présenteront, pour la majorité d’entre eux/elles, leurs créations en exclusivité parisienne à l’occasion du festival.
site internet
facebook

Lors des soirées Il faut qu’on parle ! Isabelle Sorente et Wendy Delorme invitent essayistes, romanciers, poètes, slammeurs, bloggeurs, conteurs à partager leurs créations en public. Au programme : des auteurs invités, des lectures, des performances. Entrez libres et créatifs ! Pour Jerk Off, cette nouvelle soirée de créations textuelles, lectures et performances se penchera sur le thème du genre, aussi actuel qu’universel, aussi politique qu’intime.
tumblr

Wendy Delorme, écrivaine et performeuse, est l’auteure du roman Quatrième Génération (Grasset, 2007), du re- cueil de fictions politiques Insurrections! en territoire sexuel (Diable Vauvert, 2009) et du roman La Mère, la Sainte et le Putain (lettre à Swann) (Diable Vauvert, 2012), elle s’est produite dans de nombreux festivals de littérature et conférences, dont Walls & bridges (Villa Gillet, New York, automne 2012), la Comédie du livre (Montpellier, printemps 2008), Anticodes (Le Quartz, scène nationale de Brest, hiver 2010). Elle a publié des articles et nouvelles dans diver- ses revues dont Ravages et la NRF. Docteure et enseignante en sciences de l’information et de la communication, spécialisée en sémiologie de l’image, ses travaux de recherche portent sur les représentations des femmes et des minorités sexuelles et de genre dans les médias.

Isabelle Sorente a publié plusieurs romans et essais remarqués dont L (Lattès, 2001, J’ai lu, 2003), La prière de septembre (Lattès, 2002), Le cœur de l’ogre (Lattès, 2003), Panique (Grasset, 2006), Transformations d’une femme (Grasset, 2009) et en 2011, l’essai Addiction Générale (Lattès), consacré à notre dépendance aux chiffres et à la performance. Sa pièce, Hard Copy (Actes Sud, 2002), tragicomédie sur le thème du harcèlement moral a été jouée en France et en Belgique. Elle a cofondé la revue Ravages. Son dernier essai, État Sauvage (Éditions Indigène), est paru en novembre 2012, et son dernier roman, 180 Jours, chez Lattès en septembre 2013.

JERK OFF FESTIVAL – PROJET CASSANDRE PAR VALÉRIE THOMAS
dimanche 21 septembre 2014 / 17h-18h / performance / 8€ en prévente / 10€ sur place

valeriethomas_web
© Valérie Thomas

Pour sa septième édition, JERK OFF remet son esprit décalé et festif au service de tous les arts et de la liberté d’expression. Alternatif et pluridisciplinaire, JERK OFF témoigne de la diversité des cultures queer et interpelle au-delà de son univers d’origine avec cette année des événements programmés à Paris mais aussi au Pavillon Vendôme de Clichy, au Théâtre de Vanves et au Générateur de Gentilly. JERK OFF propose ainsi à tous les publics des découvertes artistiques aussi variées qu’exigeantes. C’est ainsi que tout au long de trois semaines d’événements, chorégraphes, artistes de cabaret, musiciens, photographes, auteurs et performeurs présenteront, pour la majorité d’entre eux/elles, leurs créations en exclusivité parisienne à l’occasion du festival.
site internet
facebook

Dans Projet Cassandre, action 1 Opération de désenvoûtement par derrière : « Il m’a craché dans la bouche il va falloir me croire sur parole maintenant », Valérie Thomas s’empare de la figure tragique de Cassandre, fille de Priam (roi de Troie) et d’Hécube dans la mythologie grecque. Se refusant au dieu Apollon, celui-ci se venge en lui ôtant la faculté de communiquer ses prophéties, don qu’il lui a lui-même fait, en lui crachant dans la bouche. Valérie Thomas narre, à travers cette performance, l’histoire intérieure de Cassandre, celle d’une lutte pour l’autonomie, celle d’une émancipation, une émancipation comme un désenvoûtement, un désenvoûtement du syndrome de Cassandre.

« Mais qui de celle qui parle ou de celui qui écoute est victime de l’envoûtement ? Qu’importe ici la dénonciation de la domination !? Qu’importe ici qui du maître ou de l’esclave ? Qu’importe ici même de l’égalité des droits ? Si tout cela doit finir par une réduction de la nécessaire et radicale émancipation des êtres, alors prenons le risque de devenir inaudible. » V.T.

Valérie Thomas est une artiste protéiforme qui évolue entre théâtre, performance, art vidéo et happening militant: Questionner par la recherche artistique et esthétique les rapports parfois glissants entre art et féminisme, entre création et enjeu politique d’égalité. Détricoter et incarner pour enfin les déjouer, les mythes et les archétypes, ceux pour « les filles », convaincue que tant que l’on racontera les mêmes histoires, on produira les mêmes effets. Tour à tour initier, créer, accompagner des projets qui explorent sans frontières et sans tabous, tous les terrains sont les miens. Parmi ses créations, les performances et documentaires féministes Dix Moi de chair, dix Moi de chiffon (2010), HysthériKAbaret (2010), « Nous plaidons pour un monde où le mot pute ne serait plus une insulte et où être une pute ne serait plus une honte » (2013), un happening masqué devant le Sénat en collaboration avec Médecins du Monde, ainsi que Danser sur le fil, un workshop sur les liens glissants entre art et féminisme.
vidéo dailymotion


acheter une place
acheter une place pour Projet Cassandre + Les garçons Sauvages

 

JERK OFF FESTIVAL – LES GARÇONS SAUVAGES – CAMILLE OLLAGNIER CIE&CO
dimanche 21 septembre 2014 / 18h30 / danse / 8€ en prévente / 10€ sur place

garçons-sauvages_web
© Quentin Balpe 

Pour sa septième édition, JERK OFF remet son esprit décalé et festif au service de tous les arts et de la liberté d’expression. Alternatif et pluridisciplinaire, JERK OFF témoigne de la diversité des cultures queer et interpelle au-delà de son univers d’origine avec cette année des événements programmés à Paris mais aussi au Pavillon Vendôme de Clichy, au Théâtre de Vanves et au Générateur de Gentilly. JERK OFF propose ainsi à tous les publics des découvertes artistiques aussi variées qu’exigeantes. C’est ainsi que tout au long de trois semaines d’événements, chorégraphes, artistes de cabaret, musiciens, photographes, auteurs et performeurs présenteront, pour la majorité d’entre eux/elles, leurs créations en exclusivité parisienne à l’occasion du festival.
site internet
facebook

Projet conçu pour douze «bêtes de scène», Les Garçons Sauvages est une succession de douze solos masculins dansés par douze danseurs différents, pensés pour eux, écrits pour eux par un même chorégraphe. Tous indépen- dants, tous en dialogue. Ensemble ou séparément, à deux, à trois, à douze, il n’y a ni ordre ni désordre. Dans ce spectacle aux 1 302 061 144 possibilités, le chorégraphe devient l’interprète du danseur pour l’amener à dégager une part intime, sauvage, de lui-même. Histoire dansée d’une masculinité fragmentée, Les Garçons Sauvages est un recueil de sensibilités à vif.

Pour Jerk Off, Camille Ollagnier présente en exclusivité le solo caché, le solo en plus, le treizième de la série, un inédit: le solo qui n’existe pas. Celui qui n’existe pas est un solo d’opéra chorégraphié et imaginé par Camille Ollagnier pour Clément Bayart, le son travaillé par Matthieu Gagelin, compositeur acousmatique, le texte par Nicolas Jalageas, comme un montage. Cap au pire de Samuel Beckett est la source de cette œuvre collective où un corps seul se cherche, dans les mots et leur répétition, dans le développement d’un thème morcelé, qui parvient à s’épanouir tel une fleur paradoxale, ouverte, fermée, apparaissant et disparaissant sans cesse. 
site internet

Né en 1984, Camille Ollagnier découvre la composition chorégraphique au Conservatoire Supérieur de Paris dans les ateliers d’improvisation de Christine Gérard. En 2007, elle l’invite à une carte blanche au Théâtre de Vanves. Il y crée Sub Rosa. En 2010, il finit sa deuxième création, à rebours. Camille Ollagnier a également été l’assistant d’Andy de Groat. Les Garçons Sauvages est sa troisième création. Les Garçons Sauvages est soutenue par le CDC Paris-Réseau, micadanses, les Journées Danse Dense, le Studio Le Regard du Cygne, Danse Perspective — Michèle Latini & l’Association Beaumarchais — SACD.


acheter une place
acheter une place pour Projet Cassandre + Les garçons Sauvages

EMTHEATRE PRESENTE BON COMME LE PAIN
vendredi 26 et samedi 27 septembre 2014 / à partir de 16h / performance / Entrée libre – Réservation conseillée à emtheatre@yahoo.fr ou tél. 06 10 86 11 99

bonpain2_web

Dans le cadre du projet « Les saveurs de l’art » EMTHEATRE présente BON COMME LE PAIN Performance d’Eleonora Marino.

La terre … l’épi de blé…l’eau … des fragments de textes… la danse… se transforment donnant vie à un flot d’émotions et d’associations. Un voyage sensoriel dans l’univers du pain et de céréales. Création 2011, en résidence artistique au 104-Etablissement Artistique de la Ville de Paris.

Vendredi 26 septembre à 16h et à 18h
Samedi 27 septembre 2014 à 16h, 18h et 20h

“Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication” et Région Ile de France, Ville de Paris, Préfecture d’Alsace, 104, Point Ephémère

POINT ÉPHÉMÈRE FÊTE SES 10 ANS
du vendredi 10 au dimanche 12 octobre 2014 / birthday

Save the date !
Point Éphémère souffle ses 10 bougies les 10, 11 & 12 octobre 2014

Au programme : des concerts, des expositions, des installations participatives, des performances collaboratives & autres surprises !

Plus d’infos bientôt, sur nos réseaux.

cheap nfl jerseys